Délégation Aude-Roussillon

Le Secours Catholique Aude-Roussillon et les nouveaux migrants

publié en octobre 2015

Frappée par la terrible actualité concernant l’afflux massif de migrants de toutes origines, de toutes religions et de plusieurs continents, notre délégation Aude-Roussillon s’est rapprochée de notre siège national pour connaître les réponses susceptibles d’être apportées à tant de détresse humaine.

Des rencontres se sont tenues dans les préfectures avec les services de l’État sous la présidence des préfets des Pyrénées-Orientales et de l’Aude, en présence des autres associations humanitaires concernées.

Nos évêques nous ont aussi relayé le message du pape François.

Un coordinateur est désigné dans chaque préfecture en la personne de M. Alatar, sous-préfet de Prades (pour les PO) et de Mme Chabal, directrice de la cohésion sociale (pour l’Aude).

L’État vient de prendre les décisions suivantes : création d’une ligne budgétaire dédiée, d’une « hot spot » pour la création d’un statut rapide de réfugiés politiques permettant de les distinguer des migrants dits « économiques », dont le statut restera celui de droit commun et que nous devrons bien sûr ne pas abandonner pour autant ainsi que vos équipes locales l’ont toujours fait.

Un questionnaire des préfectures devrait être prochainement envoyé à toutes les associations concernées pour recenser les offres de logements, de vêtements et même de nourriture mais aussi et surtout, pour ce qui concerne notre délégation, l’accompagnement des personnes, aussi bien des accueillants que des accueillis.

Après les déclarations, le choc des photos et le formidable élan de bonne volonté il faudra passer de l’émotion à l’action. C’est pourquoi le bureau de délégation a décidé de mettre en place un dispositif de coordination qui recevra les propositions d’accueil et d’accompagnement. Il nous faudra aussi désigner sur chaque département un référent chargé des contacts avec les services de l’État, en complément du président et des vice-présidents dont c’est la mission statutaire.

L’accueil pourra se faire avec l’accompagnement des équipes et en lien avec les équipes d’animation territoriales (EAT), selon notre spécificité et nos moyens, en concertation avec les communes et les services de l’État mais sans se substituer à ceux-ci. En effet, la spécificité de notre intervention reposera sur l’accompagnement humain et global des familles comme le définit notre politique des aides dans sa mise en œuvre, ces dernières années. Elle nous permettra d’avoir une forte implication dans ce dispositif, sur notre maillage territorial où nos 34 équipes locales sont présentes, et en favorisant notre lien avec les paroisses qui pourraient être également volontaires dans l’accueil des migrants.

Nous n’avons pas le monopole du cœur et nous ne pouvons pas non plus régler les conséquences d’une politique européenne, mais nous pouvons faire entendre nos voix et utiliser l’écho de nos montages de projets pour affirmer notre fraternité universelle au cœur du service de la charité qui nous est confié.

De l’autre côté de la frontière, nos amis de Caritas Gérone, avec qui nous entretenons une relation fraternelle, s’organisent aussi.

Pas besoin de vous redire combien votre générosité dans les gènes de votre engagement sera le plus beau témoignage de notre action au service des plus démunis sous le regard de notre Seigneur.

Votre bien dévoué,

Marc Lefevre
Président de la délégation Aude-Roussillon
Secours Catholique-Caritas France

Imprimer cette page

Faites un don en ligne