Délégation Aude-Roussillon

Jean-Pierre, bénévole à Perpignan

Connaissez-vous Jean-Pierre Salies ? Non ? C’est alors que vous n’appartenez pas au Territoire Roussillon Sud !
Car ici, voyez-vous, Jean-Pierre est au cœur du dispositif ! Quand, à la retraite, Jean-Pierre a pu profiter d’une liberté toute neuve, c’est tout naturellement qu’il s’est tourné vers ses amis, les diacres, pour mettre son temps et son énergie (et il en a à revendre !) au service des autres. Ce n’est pas qu’il ne soit pas bien entouré : Mireille, son épouse, sa fille, et ses petits-enfants Florent et Aurélien le remplissent de joie. Mais il a tellement été habitué à s’occuper des autres, que Jean-Pierre ne saurait se passer de ces rencontres. Aussi, Michel Jauze, notre diacre, l’a-t-il accueilli avec plaisir et c’est ainsi que Jean-Pierre a pris place parmi les bénévoles de Perpignan.

Il a d’abord choisi d’aider les enfants. En effet, cet agent général d’assurance se souvient : « Avant d’entrer dans cette carrière j’avais souhaité être éducateur à l’Enfance inadaptée et c’est l’appel du service militaire qui avait interrompu cette voie. » Aussi, quand il a eu le loisir de disposer de son temps, Jean-Pierre a d’abord choisi d’aider les enfants en difficulté scolaire. « Tous les mercredis après-midi je consacre mon temps à Nassim, Imane et Mourad que j’accompagne dans leurs devoirs, certes, mais que je m’applique aussi à écouter, à ouvrir à la culture et au monde qui les entoure. » Pour lui, accompagner un enfant ne se limite pas à l’aider à réciter une table de multiplication ou à comprendre une règle de grammaire, mais suppose un accompagnement de l’enfant dans sa « globalité », une écoute attentive, un accueil dans la vie.

Simultanément il lui fut proposé de participer à « l’accueil » et régulièrement, tous les mardis, Jean-Pierre se rend avenue Mercader pour y recevoir ceux qui frappent à la porte du Secours Catholique. C’est que durant toute sa carrière, et outre ses responsabilités dans son métier, Jean-Pierre avait aussi la charge du syndicat de l’entreprise tant au niveau régional que national. Délégué, puis vice-président et enfin président de toute une région, Jean-Pierre se devait d’être à l’écoute des employés dans les vingt-trois départements dont il avait la charge. Là encore, il fallait savoir écouter et trouver des solutions pour améliorer le fonctionnement du métier au bénéfice de tous. Aussi sait-il entendre les souffrances de tous ceux qui, dans nos accueils, espèrent trouver de l’aide, certes, mais aussi chaleur, attention et respect.

Pourtant, si Jean-Pierre est connu de beaucoup à Perpignan, c’est aussi et surtout parce qu’il assure la trésorerie de nombreuses équipes. Homme de responsabilité, habitué par son métier à assurer la gestion de l’entreprise et à analyser les situations tant humaines que financières, Jean-Pierre a accepté de mettre à la disposition du Secours Catholique ses compétences de gestionnaire. Voilà pourquoi il est connu de tous : « Je me rends à l’Épicerie solidaire tous les jeudis et rencontre régulièrement le responsable, Patrick. J’assure aussi en compagnie de Josette, et toujours avec la même exigence de transparence, la trésorerie de la commission des aides et je gère financièrement toutes les activités de Perpignan, des chèques CAP [1] à la vente des bougies… »

Toujours disponible, Jean-Pierre qui n’épargne ni son temps ni son énergie se retrouve au centre d’un dispositif qui lui permet, à la grande satisfaction de tous, de faire bénéficier les bénévoles de son savoir, de sa rigueur, de son sens des responsabilités, mais aussi de son sourire et de sa cordialité.

Est-ce que je vous ai tout dit ? Non, encore un point, en confidence : notre infatigable catalan est aussi président de la chorale « Els Cantaïres Catalans » depuis quarante-deux ans… et toujours délégué de l’Amicale des agents généraux ! « Pour moi, me confie-t-il, le bénévolat c’est un échange, un besoin. Se dire qu’on peut aider les autres, c’est un choix… et je remercie mon épouse qui comprend et facilite ma démarche. »

Merci à Jean-Pierre d’avoir trouvé un peu de temps à nous consacrer entre deux rendez-vous et de s’être plié à l’exercice des questions avec confiance et simplicité !

[1] Chèques d’accompagnement personnalisé, instaurés par la loi contre les exclusions du 29 juillet 1998.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne